5.1 Objectifs

Objectifs

Dans le cadre de ce module, vous pourrez :

  • Mieux comprendre le professionnalisme
  • Valoriser la réflexion et le débat éthique comme moyens d’assurer le professionnalisme dans des contextes humanitaires et des milieux aux ressources limitées
  • Vous initier au rôle du médecin ambassadeur et à son importance dans la mobilisation communautaire

Vidéo d’introduction

Lire la transcription

Bonjour, je suis le Dr Kevin Pottie et je tiens à vous souhaiter la bienvenue au module sur le professionnalisme. J’enseigne la médecine familiale et je suis chercheur dans ce domaine à l’Université d’ Ottawa. J’ai travaillé avec plusieurs organisations internationales, dont Médecins Sans Frontières. Ma passion pour la santé mondiale et la santé des réfugiés m’a mené aux quatre coins de la planète et me pousse à appliquer des principes éthiques. C’est-à-dire que lorsque nous oeuvrons auprès de populations qui font partie d’autres groupes socioculturels que le nôtre, nous devons reconnaître nos limitations, être conscients des méfaits que nous pourrions causer et réfléchir au rôle que nous pouvons jouer pour bâtir la confiance nécessaire aux interventions médicales. L’exercice de notre profession dans le domaine de la santé mondiale exige que notre professionnalisme, notre conduite personnelle, nos compétences et notre comportement éthique soient irréprochables.

Le professionnalisme englobe tout un éventail de sujets. Ici, nous nous pencherons sur l’éthique et sur le professionnalisme en médecine comme moyens d’assurer la sécurité, la qualité et la durabilité. Bienvenue!


Durée : 59 secondes

Point de vue de l’étudiant vs. Conscience professionnelle

Faire preuve d’humilité, reconnaître ses limites – inconnus inconnus et inconnus connus – est l’une des premières étapes du professionnalisme. Les erreurs peuvent causer beaucoup de tort.

Photo d'une méduse qui flotte dans l'océan.

Point de vue de l’étudiant Conscience professionnelle
« Ils n’ont rien, pas de médecins, pas même d’infirmières. Il faut que je fasse la chirurgie. Il vaut mieux faire quelque chose que ne rien faire. » « Suis-je certain qu’ils n’ont rien? Est-ce que je saisis bien le contexte? Pourrais-je causer du tort? »
« Mais ils n’ont pas de médicaments, pas de scolarité, presque rien à manger et pas accès à de l’eau propre. » « Ils semblent avoir très peu à mon avis, mais ils ont leur dignité. Est-ce que je travaille à mon niveau de connaissance et de compétence? »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *