3.3 Étude de cas

Photo de chirurgiens qui essayent de réanimer un bébé-naissant.

Étude de cas 1 – Travailler au Timor-Leste

Un père amène sa fillette de deux jours à l’hôpital. Au Timor-Leste, comme dans la majorité des pays en développement, 90 % des bébés sont nés à la maison. Mais cette enfant ne veut plus allaiter et ses parents ont remarqué qu’elle a des spasmes étranges.

Comme médecin, vous écoutez par l’intermédiaire de l’interprète et vous voulez en savoir plus.

Question: Quel genre de questions songeriez-vous à poser aux parents?


Ce que vous voulez savoir : Renseignements que vous obtenez en posant plus de questions :
État de santé de la mère La mère va bien et se repose à la maison
Détails sur le travail et l’accouchement (surtout en ce qui a trait aux pratiques culturelles) Le travail et l’accouchement se sont déroulés normalement
Blessure ou traumatisme subis par l’enfant Le bébé n’a subi ni blessure ni traumatisme
Plus de détails sur l’état de l’enfant (fièvre, léthargie) Le bébé ne fait pas de fièvre, semble aller bien et être en santé et n’est pas léthargique
Renseignements sur les spasmes (facteurs déclencheurs ou aggravants) Les spasmes semblent s’aggraver lorsqu’il y a un bruit ou un mouvement soudain
Médicaments administrés ou substances toxiques absorbées on ne lui a administré aucun médicament ni produit à base d’herbes médicinales

Résultats de votre examen :

  • Les signes vitaux (fréquence cardiaque, tension artérielle, température et fréquence respiratoire) sont normaux, y compris le taux d’oxygène dans le sang (saturation en oxygène).
  • Les examens cardiaque et pulmonaire sont normaux.
  • MAIS, chaque fois que vous placez le stéthoscope sur l’enfant, elle se met à avoir des spasmes.

Question 1 : Qu’est-ce qui ne va pas chez cette enfant?
Question 2 : Quelle est la nature de ces spasmes?

Vous posez d’autres questions et apprenez ainsi ce qui suit :

  • L’enfant est née dans un village isolé, loin du domicile familial que le couple a dû quitter pour fuir la violence.
  • Le cordon ombilical a été coupé avec le seul instrument tranchant disponible, un rasoir rouillé que le père utilisait depuis plus de un an.

Question 1: Quel est le diagnostic?
Question 2: Comment prenez-vous en charge la maladie de ce bébé dans un milieu où les ressources sont limitées?

Tétanos

  • Aux É.-U. (pop. de 300 millions), on voit 40 cas de tétanos par année
  • Dans le monde, on voit plus de un million de cas par année, provoquant la mort dans environ 300 000 cas
  • En 2002, le tétanos néonatal a entraîné 180 000 morts (environ 5-7 % de toutes les morts néonatales dans le monde)

Prise en charge de base du tétanos néonatal

  • Antibiotiques
  • Immunoglobuline du tétanos (antisérum)
  • Perfusion de diazépam pour les spasmes; traitement de l’hyperpyrexie (fièvre) à l’acétaminophène
  • Réhydratation par intraveineuse (maintien des fluides, électrolytes, équilibre acido-basique)
  • Intubation et ventilation
  • Vaccination avant de recevoir congé de l’hôpital

M. Eddleston et S. Pierini. Oxford Handbook of Tropical Medicine, Oxford University Press, 1999.

Étude de cas 1 – Travailler au Timor-Leste (revisité)

Résultats

  • Dans ce cas-ci, le bébé a reçu des antibiotiques, une perfusion de diazépam (relaxant musculaire pour faire cesser les spasmes), une injection d’immunoglobuline de tétanos dans la colonne vertébrale (pour traiter le tétanos) et des liquides par intraveineuse pour le réhydrater.
  • Nous voulions l’intuber et le brancher à un respirateur, mais il n’y a avait pas sur les lieux les ressources nécessaires et le bébé est mort.

Leçons apprises

  • Ce cas est triste, mais le pire, c’est que cette mort était évitable.
  • Face aux morts évitables et injustes, il faut faire preuve de compassion et il faut chercher à comprendre les facteurs complexes qui les expliquent.

Prévention

  • Nous pourrions consulter des sages-femmes et d’autres professionnels de la santé de la région pour nous renseigner sur les pratiques locales en matière d’hygiène.
  • L’immunisation est une mesure préventive clé.
  • Dans ce cas-ci, l’immunisation contre le tétanos n’aurait pas empêché l’infection, car normalement, elle est administrée pour la première fois deux mois après la naissance.

Un groupe en à l'extérieur d'une petite école, en train de se faire donner une leçon.

Notez bien: Pour plus d’information et pour des études de cas supplémentaires, vous pouvez compléter la section Ceinture noire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *